L’université Paris-Sorbonne et l’université Pierre-et-Marie Curie fusionnent
20 janvier 2017
L’Hesam perd officiellement 3 établissements
26 janvier 2017

La réflexion est lancée autour de la création d’un Institut des Mines Télécom Grand Est qui regrouperait 4 écoles de Nancy et Strasbourg.

Des projets communs pour commencer

C’est dans le plan stratégique 2017–2019 de l’École des Mines de Nancy que l’information apparaît : l’école lance une réflexion autour d’un IMT Grand Est. Avant de parler d’une quelconque fusion, il s’agirait d’un réseau d’écoles, liées par des projets communs. « Notre objectif est de nous structurer dans la région, avec l’intégration de plusieurs domaines stratégiques et la création de convergences », a noté François Rousseau, directeur de Mines Nancy. Le rapprochement envisage des cours, des projets, voire des parcours transverses, ainsi que le développement de mastères ou d’autres parcours spécifiques.

Le projet concerne 4 écoles déjà associées l’Institut des Mines Télécom :

Une fusion ? Pas pour tout de suite

La difficulté pour une éventuelle fusion résidera dans le fait que ces écoles sont également associées à des universités, celle de Lorraine et celle de Strasbourg. Elles ne font pas partie intégrante de l’IMT et sont simplement associées. Ce n’était pas le cas de Télécom Bretagne et de Mines Nantes qui ont récemment fusionné. « Nous n’en sommes pas encore là. La fusion est l’aspect le plus abouti », a précisé François Rousseau.

Le rapprochement est donc lancé, l’avenir nous dira s’il va jusqu’à la fusion.