Le lead nurturing au service des établissements de l’enseignement supérieur
19 avril 2017
7 conseils pour réussir vos Facebook Live
26 avril 2017

L’Inde est aujourd’hui au 2ème rang mondial (derrière la Chine) en termes de population et de mobilité internationale étudiante.

Aussi complexe que fascinant, le marché de l’éducation indien représente un potentiel énorme pour les établissements désirant recruter des étudiants internationaux.

Le contexte de l’enseignement supérieur en Inde

Entre les profonds changements économiques et sociaux, le besoin urgent de développement des infrastructures et l’augmentation rapide de la population de jeunes, l’appétit pour l’enseignement supérieur n’a jamais été aussi intense.

L’enseignement indien a tenté de répondre à la demande en provoquant une expansion de grande envergure. Ainsi, entre les années 2000 et 2010, ce sont quelques 20.000 « collèges » qui ont été créés, accueillant plus de 8.000.000 étudiants supplémentaires. D’après l’UNESCO, le nombre total d’étudiants indiens était, en 2013, de 28,2 millions (pour 34 millions d’étudiants chinois).

Le système d’enseignement supérieur indien est similaire au nôtre. Un diplôme de Bachelor peut être obtenu en 3 années d’études (4 pour les filières d’ingénierie). Les Masters peuvent par la suite être décrochés en 1 ou 2 ans d’études supplémentaires, pour finalement mener au Doctorat en 3 années d’études additionnelles.

Il existe en Inde 3 types d’établissements.

Les Collèges

Délivrant un enseignement de premier cycle, les collèges sont dépendants des universités auxquelles ils sont affiliés. Ces dernières déterminent le programme et le diplôme proposés par les collèges.

Les Universités

Les universités dispensent un enseignement de 2ème et 3ème cycle et se consacrent à la recherche. Des Institutions d’ « importance nationale » peuvent, à l’image des universités, délivrer leurs propres diplômes. Celles-ci sont créées par voie parlementaire.

Les IIT

Les Instituts Indiens de Technologie sont l’équivalent de nos Grandes Ecoles. Extrêmement sélectifs (moins de 2% des candidats sont admis chaque année dans ces instituts), les IIT dispensent un enseignement de 1er, 2ème et 3ème cycle.

Ainsi les étudiants reçus ont la possibilité, en un minimum de 7 ans d’études, d’obtenir un Bachelor, un Master et un Doctorat. Ces instituts ont pour domaine d’excellence l’espace, l’aéronautique, l’informatique, l’électricité, l’électronique, la construction navale, le génie civil, les sciences des matériaux, la métallurgie, la mécanique, le textile, les sciences de la manufacture, la biochimie, et les biotechnologies.

L’Inde continue sa réflexion pour investir plus dans ses universités prestigieuses et sélectives. Le but : améliorer leur visibilité dans les classements mondiaux. Malgré cet effort, il semblerait que la grande majorité des établissements soient toujours à la traîne. De nombreux défis doivent encore être surmontés : l’immense taille du pays, l’héritage colonial, la bureaucratie omniprésente ou encore la méritocratie encore trop inhibée par la culture académique…

Pourquoi les Indiens veulent-ils autant étudier à l’étranger ?

Pour Amartya Sen, prix Nobel d’économie, la situation s’enlise : « À part pour une minorité de privilégiés, le système éducatif indien est catastrophique, et cela bouleverse les standards des universités ».

Alors que de récentes mesures tentent d’établir des liens collaboratifs entre les universités indiennes et étrangères, que le secteur privé s’implique de plus en plus et que l’usage très répandu de la langue anglaise pourrait faire de l’Inde une plaque tournante de l’éducation, il reste évident que le système est toujours incapable de satisfaire à la demande croissante d’une éducation de qualité.

Avec des taux de remplissage de plus en plus élevés, l’accès à l’enseignement supérieur est très compliqué. Même les meilleurs étudiants peuvent se voir refuser les établissements qu’ils ont choisi. Beaucoup d’écoles se retrouvent au coeur de plusieurs critiques : on leur reproche par exemple d’être trop portées sur les intérêts financiers ou de ne proposer qu’une formation linéaire ne débouchant que sur des catégories limitées de métiers. Et cela au détriment de la qualité, de la pertinence et des opportunités futures.

Au delà de ces facteurs, le pouvoir d’achat de la classe moyenne indienne ne cesse de croître. Le bénéfice socio-culturel d’études réalisées à l’étranger est de mieux en mieux perçu par les familles indiennes. Elles n’ont jamais été aussi enclines à envoyer leurs enfant étudier à l’étranger. Sur les 360.000 Indiens qui étudient actuellement à l’étranger, plus de 300.000 sont concentrés sur 5 pays : les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada. Cependant d’autres destinations commencent à émerger, c’est le cas pour la France.

Comment attirer les étudiants indiens dans votre établissement ?

Pour le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, le nombre d’Indiens qui partent étudier en France est encore « très insuffisant ».
En 2016, 4.200 Indiens sont venus étudier en France. Même si c’est 50 fois plus qu’il y a 20 ans, ce nombre reste trop faible lorsqu’on connaît la qualité des relations internationales entre la France et l’Inde. Ainsi l’objectif est de passer à 10.000 étudiants d’ici 2020. Est-ce réalisable ? Quelles sont les stratégies de communication à mettre en place pour attirer plus d’étudiants indiens ?

La première difficulté est le fait que les Indiens préfèrent partir étudier dans un pays anglophone. En effet, l’anglais demeure la seconde langue officielle de l’Inde. Il sera donc indispensable que vous proposiez une formation en anglais. Le Brexit est potentiellement une chance pour la France d’attirer les étudiants Indiens se trouvant désormais gênés par un environnement britannique peu accueillant vis- à-vis des étrangers. Et la France a quelques atouts à faire valoir pour convaincre ces étudiants indécis. D’une part, elle offre aux étudiants indiens l’opportunité unique de rester travailler pendant 24 mois sur le territoire après leurs études. De plus, les frais de scolarité sont largement moins élevés qu’aux États-Unis ou qu’au Royaume-Uni. Il est donc tout à fait envisageable que le partenariat universitaire entre la France et l’Inde tende à se développer au fil des années.

Les étudiants et leur famille choisissent la destination de leurs études en fonction des opportunités à long terme qu’offre celle-ci. Un message de recrutement simple et clair, qui soit honnête vis-à-vis de votre établissement et qui respecte les motivations de vos futurs étudiants sera votre meilleure arme pour vous frayer un chemin vers un succès durable. Mettez en avant la qualité de votre enseignement (en parlant par exemple de vos accréditations ou de votre classement), vos partenariats avec les entreprises ou les débouchés professionnels habituels de votre formation.

Bien insister sur l’emploi post-diplôme se révélera être une stratégie gagnante, la plupart des étudiants indiens étant très portés sur le retour sur investissement. N’hésitez pas à créer une section dédiée aux étudiants indiens sur votre site web. Une bonne présence sur les réseaux sociaux sera aussi très importante, en particulier sur Facebook, site le plus populaire en Inde.

Votre stratégie inbound marketing devra naturellement s’orienter vers les étudiants indiens, en proposant des contenus pertinents pour les familles, en présentant par exemple :

  • les bénéfices à long terme d’études réalisées à l’étranger
  • des portraits d’alumni et des success stories
  • les spécificités de votre établissement/campus qui font que les étudiants indiens se sentent bien chez vous

Ces articles, hébergés sur votre site web et optimisés pour les moteurs de recherche, sauront attirer les étudiants indiens à la recherche de ce type d’informations.

De plus en plus de resources sont disponibles pour se connecter facilement avec les prospects indiens intéressés par votre établissement. N’hésitez pas à vous servir de la messagerie instantanée des réseaux sociaux et utilisez un outil CRM pour intégrer et accompagner vos leads. Une bonne stratégie d’e-mailing se révélera aussi très efficace, à condition d’envoyer le bon e-mail au bon moment, pourquoi pas grâce à une stratégie de marketing automation.

Alors que l’économie indienne continue de s’améliorer au fil des années et que la croissance démographique fait exploser la demande en matière d’enseignement supérieur, l’Inde est bien partie pour devenir une source encore plus importante d’étudiants internationaux. Le marché du sous-continent est donc pour vous une opportunité majeure d’améliorer votre recrutement et d’ouvrir de nouveaux horizons à votre établissement !