Le grand pas en avant de l’ESEO !
16 November 2017
American Business School : une touche d’USA à Paris
16 February 2018

Une chose est sûre, c’est que l’Institut Mines Télécom (IMT) ne manque ni d’ambitions, ni de plans et d’idées pour les concrétiser. En effet, le regroupement de 8 écoles (et 2 filiales) a dévoilé, mardi 16 janvier 2018, sa stratégie de développement. D’ici 2022, l’IMT compte bien renforcer son identité, ses formations, ses effectifs…

Quatre leviers pour se consolider

Si le plan stratégique 2018-2022 de l’IMT évoque de très nombreux projets, il convient de se pencher sur les objectifs qu’affiche le groupe et les moyens mis en oeuvre pour les réaliser. L’Institut Mines Télécom souhaite, entre autres :

  • « construire un institut national de technologie reconnu à l’international »
  • « incarner une expertise de référence sur les transitions majeures du XXIe siècle », en s’adaptant à l’évolution rapide des compétences et des métiers
  • « placer les écoles dans les meilleures conditions de développement »
  • « répondre à la croissance et à la diversification des besoins de formation »
  • appuyer la recherche transversale dans les thématiques de spécialisation de l’IMT

Pour cela, l’Institut Mines Télécom appuie son développement sur 4 leviers :

  1. un levier structurel : en rénovant et renforçant l’organisation de l’IMT
  2. un levier matériel : en développant des ressources, des innovations pédagogiques, en accentuant le mécénat, la promotion des programmes, des dématérialisations, etc.
  3. un levier managérial : en mettant en place une gouvernance dédiée à la gestion des projets transversaux et en favorisant une l’émergence d’une culture collective
  4. un levier promotionnel : en développant la notoriété et d’attractivité de l’IMT et de ses écoles, notamment dans les classements

S’adapter au monde et ses évolutions

Parmi les points de croissance de l’IMT, on note une réelle envie de s’adapter, et d’adapter ses formations, à un monde en pleine évolution. En effet, les entreprises expriment des besoins de plus en plus précis en termes de formation et de spécialisation. Au-delà de cela, celles-ci font face à une pénurie d’ingénieurs que les écoles doivent combler. De plus, les excellents taux d’insertion des diplômés sont rassurants quant à l’avenir de la profession.
L’IMT souhaite également adapter ses formations au niveau de leurs formes. Les MOOCs prendront plus de place dans les cursus, tout comme les nouvelles pédagogies ou la mutualisation des ressources.

Pour asseoir sa notoriété, l’IMT compte également devenir un acteur référent de la recherche et entrer dans le cercle des grands instituts technologiques mondiaux. Pour cela, l’IMT compte développer des doubles-diplômes internationaux, se pencher sur les classements internationaux, développer la mobilité internationale, valoriser des coopérations entre acteurs de la recherche, etc. Parmi ses ouvertures vers l’international, on note également le projet d’IMT Afrique. Une nouvelle antenne du groupe donc, avec des formations continues à distance et une école en cinq ans conduisant à un diplôme d’ingénieur/manager.

Pour développer son influence et sa place dans le paysage des écoles d’ingénieurs, l’IMT compte aussi miser sur sa taille. En effet, tout en gardant leur sélectivité, les écoles de l’IMT gagnent en attractivité de par une capacité d’accueil grandissante. Une évolution du nombre de diplômés qui renforce également l’influence et la notoriété de l’IMT.

Objectif 20 000 étudiants

Pour comprendre les ambitions de croissance de l’IMT, le plus simple est de consulter les prévisions en matière d’étudiants. L’Institut envisage d’accueillir 20 000 étudiants d’ici 2022. Parmi les 6 700 nouveaux :

  • 20 % étudieront dans de nouvelles filières ou via de nouvelles formations à distance
  • 6 % seront en formation doctorale
  • 28 % bénéficieront des formations cœurs des établissements externes (partenariats avec d’autres écoles)
  • 46 % seront dans les formations cœurs des établissements de l’IMT

Pour rappel, l’IMT forme aujourd’hui 7 % des ingénieurs français (et 10 % des ingénieurs formés par l’apprentissage). Il s’agit donc du premier établissement national en matière de formation à l’ingénierie.

La stratégie 2018-2022 de l’IMT en quelques chiffres

  • 60 % de ressources propres, soit 102 millions d’euros
  • 25 % d’enseignants chercheurs, soit 320 emplois de plus
  • part du mécénat d’anciens élèves multipliée par 2
  • 20 % par an de mécénat entreprises (grands partenaires)
  • 3 intégrations d’écoles d’ici 2020, 2021 et 2022
  • un budget total pour les opérations du plan de 39,9 millions d’euros